l\'indigné

Think Thank

 

 
P58 : Mathieu Rigouste : " Les Marchands de la peur : la bande à Bauer et l'idéologie sécuritaire"
 
Les thinks thanks sont des appareils de propagande. Financés par des fonds publics, ces entreprises ou des particuliers, ce sont des instituts chargés de promouvoir une idéologie au service d'un groupement d'intérêts, des club chargé de d'influencer le  pouvoir politique et/ou des " populations". Selon Christian Harburot, le directeur de l'Ecole de guerre économique, les thinks thanks " regroupent des patrons, des universitaires, des chercheurs qui réfléchissent ensemble sur un point précis pour atteindre dans le but d'atteindre un objectif" " Think thanks, un conseil made in USA", le journal du management, avril 2004. Think tanks : Un concept "made in USA" - Le Journal du Net
 
 
 
 
Think Thank :
 

"Ne vous inquiétez pas, je ne suis pas en train d'organiser une grève ou une manifestation. La politique m'intéresse fort peu. Je préfère vous montrer exactement ce que vous pouvez faire pour protéger et faire fructifier votre propre argent". La Stratégie de Simone Wapler, nous serons toujours là pour vous aider à y voir plus clair dans l'actualité financière et économique -- et surtout à y adapter votre patrimoine"."

Réfléchissez-y : je vous propose d'échanger les titres de pays en pleine crise, dont la monnaie ne tient plus qu'à un fil, contre un investissement simple dans une zone géographique vigoureuse, en pleine croissance... et qui a tout l'avenir devant elle".

 

Je suis responsable d'une équipe de spécialistes dans tous les domaines financiers. C'est bien simple : si cela peut avoir une influence sur votre argent, nous nous y intéressons. Nous travaillons en toute indépendance. Je ne compte ni sur mes enfants ni sur l'Etat pour constituer ma retraite".

 

 

LA REALITE DEPASSE AUJOURD'HUI LA FICTION

Rappelez-vous, en août 2011 : la fiction économique du Monde, Terminus pour l'euro, faisait perdre la tête aux marchés boursiers et plonger l'action de la Société Générale de 14,7%.

Cette fiction relatait l'explosion de la Zone euro en mai 2012 et du retour au deutschemark, sur fond de crise de la dette, de déboires du Crédit Agricole et de la Société Générale. Le patron de hedge fund John Paulson expliquait que le "risque majeur pour l'Europe est la fragilité de son secteur bancaire" et sa "dépendance" aux "fonds monétaires américains. [...] Le régulateur américain insiste auprès de ces fonds pour qu'ils investissent dans du papier plus liquide que celui de la Société Générale ou d'Unicredit."

Or les faits décrits étaient si proches de la réalité que la rumeur s'était enflammée et avait fait dévisser la Société Générale. Le Monde avait dû rappeler à ses lecteurs que “les situations, les faits et les chiffres rapportés dans cette fiction sont imaginaires et ne doivent pas être pris comme l'expression d'une réalité.”

Je vous laisse imaginer la fragilité de ces géants aux pieds d'argile -- ces grandes banques françaises sur lesquelles s'appuie entre autres notre économie -- qu'une simple fausse information d'un média grand public suffit à ébranler...

 

 

Think tanks
Un concept "made in USA"
Aux Etats-Unis, où ils ont vu le jour, les think tanks ont pignon sur rue depuis longtemps. En France, le pouvoir de ces institutions se renforce. (avril 2004)
 
Michel Bon (Institut de l'Entreprise)
François Dupuy (L'Ami Public)
Les think tanks les plus influents

Kezako ? Il faut bien l'admettre, l'expression anglo-saxonne "think tank" conserve en France un caractère obscur. Interrogés sur le sujet, 79 % des lecteurs du Journal du Management admettent ne pas savoir ce qu'il se cache derrière cette formule, à la connotation militaire. La traduction livrée par Le Robert & Collins permet d'en appréhender quelque peu le sens. Selon le dictionnaire, le think tank est un "groupe d'experts". Soit. Reste à savoir qui sont ces experts, et ce qu'ils font.

Le pouvoir d'influence des "think tanks" est...
79.1%
Un think quoi ?
11.4%
Important
9.3%
Négligeable

 

 

Les think tanks : vaste escroquerie ou chance pour la démocratie ... ?

Avec quelques décennies de retard sur les pays anglo-saxons, les Think Tanks, les "laboratoires d'idées", se développent en France. Dans les débats à la télévision et à la radio, par l'intermédiaire de tribunes dans la presse, leur présence est de plus en plus visible, leur influence de plus en plus grande. S'agit-il d'un progrès pour nos démocraties ou, au contraire, d'un phénomène qui confirmerait la faiblesse croissante des valeurs de notre République ?

 

Les points développés par agoravox

 

1-Une chance pour nos sociétés démocratiques :

2-Une réduction de l'esprit démocratique :

3-"Un flagrant délit d'incompétence" :

4-Militer pour des Think Tanks artisanaux spécialisés :

Conclusion : nous avons besoin de ce que j'appelle des Tink Tanks artisanaux, réalisés par des maîtres ouvriers qui, dans leur atelier, peaufinent les idées réfléchies de demain. Nous n'avons pas intérêt à voir les candidats à l'élection présidentielle se contenter d'aller puiser quelques vagues idées inventées par des officines industrielles qui produisent de beaux et vains discours. 

 


 

 

 

  
 
 
Le notaire de Mme Bettencourt n'est que l'arbre qui la forêt de la délinquance de ces professsionnels du droits au statut d'intouchable !!! Il serait urgent qu'il y est un vrai débat public sur la délinquance dans le monde judiciaire ,elle fait bien trop de ravages à travers tout le pays des droits del'homme !! Les nombreuses victimes de cette France d'en haut n'ont souvent aucun moyen de se faire entendre car notre justice défend tout se beau monde !! Un notaire de Liliane Bettencourt mis en examen

  

Le notaire de Mme Bettencourt n'est que l'arbre qui la forêt de la délinquance de ces professsionnels du droits au statut d'intouchable !!! Il serait urgent qu'il y est un vrai débat public sur la délinquance dans le monde judiciaire ,elle fait bien trop de ravages à travers tout le pays des droits del'homme !! Les nombreuses victimes de cette France d'en haut n'ont souvent aucun moyen de se faire entendre car notre justice défend tout se beau monde !!
 la photo de Fabrice Giannerini.
Photo
 
10 mai 1981 - 15 mai 2011 , triste anniversaire
Très bon article de Serge Halimi, surtout après le désarroi de la gauche ( PS) après le scandale de DSK.  10 mai 1981, triste anniversaire ( source monde diplomatique)
 
DE Brigitte Pascall
"
COLERE DE LIBERATION, QUI TITRE AUJOURD'HUI SUR UN PREMIER MINISTRE PROFONDEMENT DELEGITIME, DESAVOUE PAR SA GESTION DU DOSSIER FLORANGE. Rien de plus juste. Attendons les prochains sondages, mais le "pilotage" du plan social de Florange par la "gôche" caviar est désastreux, calamiteux. Les gens ont envie de dégobiller, y compris pour les peu politisés comme ma mère, qui croyait, hien HOLLANDE. Mais HOLLANDE va également payer plein pot sa mollesse de caractère, ses capitulations devant MITTAL et ses fausses promesses comme le projet ULCOS. C'est que qu'explique l'article meurtrier d'Eric DECOUTY de LIBERATION, rappelant ses promesses à Florange au mois de février 2012. Et, pour une fois, je partage 5 sur 5 la colère du journal LIBERATION, avec qui j'ai très peu de points communs...!!!

COLERE
...
Par Éric DECOUTY

Ce devait être le symbole de la rupture avec le sarkozysme. La marque d’une autre pratique politique. François Hollande en avait fait le serment devant les ouvriers. Et il l’a réitéré hier soir. Oui, il s’engageait à sauver Florange comme Sarkozy l’avait prétendu pour Gandrange ; mais lui, tiendrait parole. «Parce que je ne veux pas, moi, me retrouver dans la situation d’être élu un jour sur une promesse et ensuite ne pas revenir parce qu’elle n’aurait pas été tenue», avait-il lancé, juché sur un camion devant la foule des métallos. C’était le 24 février, il y a dix mois. Dix siècles… L’espoir que le candidat Hollande avait fait naître, le Président l’a laissé s’éteindre avec l’annonce par Mittal de son retrait du projet Ulcos. La colère et les larmes des ouvriers sont légitimes. Et pas seulement parce que François Hollande n’a pas tenu sa promesse. La déception des ouvriers de Florange répond à la posture de Jean-Marc Ayrault tout au long de la semaine. Après avoir balayé la proposition de Montebourg, son ministre du Redressement productif, de nationaliser le site, après avoir affirmé que Mittal s’était plié aux volontés du gouvernement et après avoir fait la sourde oreille aux critiques syndicales justifiées, le Premier ministre a essuyé hier un revers cinglant. Cette défaite du chef du gouvernement qui aurait été abusé par Mittal ou, pire encore, aurait signé en connaissance de cause un mauvais accord, laissera des traces dans l’opinion et fragilisera son autorité. Hollande sur cette affaire a laissé Ayrault monter seul au front. Mais la déroute du Premier ministre signe également l’échec du Président."
 
Un  Français sur deux se déclare "pauvre" ou en "passe de l'être"

Selon cette enquête, 11 % des Français se disent pauvres, 37 % déclarent être en train de le devenir, 51 % ni l’un ni l’autre et 1 % ne se prononcent pas.

Les cadres et professions libérales se sentent plus à l’abri (3 % se voient pauvres et 17 % en train de le devenir) que les ouvriers (12 % et 39 %) et surtout que les employés (12 % et 48 %).
...
Un Français sur deux se déclare "pauvre" ou en "passe de l'être"

Selon cette enquête, 11 % des Français se disent pauvres, 37 % déclarent être en train de le devenir, 51 % ni l’un ni l’autre et 1 % ne se prononcent pas.

Les cadres et professions libérales se sentent plus à l’abri (3 % se voient pauvres et 17 % en train de le devenir) que les ouvriers (12 % et 39 %) et surtout que les employés (12 % et 48 %).

Les craintes des jeunes

Les travailleurs indépendants ne sont pas épargnés : 19 % se vivent comme pauvres et 39 % pensent être en train de le devenir. Le sentiment de pauvreté est par ailleurs autant élevé chez les 18-24 ans (14 %) que chez les 25-34 ans (15 %), et également important parmi les étudiants (17 %).

Cependant, si les plus jeunes considèrent relativement peu souvent être en train de devenir pauvre (15 %), c’est beaucoup plus le cas chez leurs aînés immédiats (34 % chez les 24-35 ans), qui perçoivent que le provisoire s’estompe et que leur situation est durablement difficile, souligne CSA.
*Sondage réalisé  les 4 et 5 décembre
Les craintes des jeunes

Les travailleurs indépendants ne sont pas épargnés : 19 % se vivent comme pauvres et 39 % pensent être en train de le devenir. Le sentiment de pauvreté est par ailleurs autant élevé chez les 18-24 ans (14 %) que chez les 25-34 ans (15 %), et également important parmi les étudiants (17 %).

Cependant, si les plus jeunes considèrent relativement peu souvent être en train de devenir pauvre (15 %), c’est beaucoup plus le cas chez leurs aînés immédiats (34 % chez les 24-35 ans), qui perçoivent que le provisoire s’estompe et que leur situation est durablement difficile, souligne CSA.
*Sondage réalisé les 4 et 5 décembre
 
 
 
 

 



20/12/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 32 autres membres